Leroux

Chroniques

Catégorie : polqc (Page 1 sur 16)

Perdre du terrain

Si rien ne se passe, c’est l’histoire du crépuscule d’un mouvement qui s’écrit maintenant. Le souverainisme québécois est dans une impasse historique. Le Parti Québécois est incapable d’assumer l’option pour laquelle des militants de gauche, de centre et de droite se rejoignent en son sein, soit l’indépendance nationale. Il est incapable de percer le cercle hermétique de ses sympathisants naturels pour parler à une population de moins en moins vendue d’avance à la nécessité pour notre peuple de conquérir sa souveraineté politique. Tous les commentateurs politiques sérieux affirment maintenant comme vérité absolue qu’il est désormais à peu près impossible pour le PQ d’aspirer au pouvoir en 2018 sans s’allier à un autre parti politique. Québec Solidaire rit de nous à ce sujet depuis maintenant plus d’un an. Quel est notre plan pour nous sortir de là?

Lire la suite

Déserter le navire?

Costa Concordia

Si au moins nous savions faire preuve d’héroïsme dans notre naufrage, braver la tempête et disparaître en mer avalés par les flots et des monstres marins, mais non! Nous gîtons péniblement sur un haut fond à quelques mètres de la grève. Qu’il est pénible d’être souverainiste au Québec en 2017. L’effondrement semble ne jamais avoir de fin, et la régression nationale va bon train. Le Parti Québécois glisse lentement vers la troisième position dans les sondages quant aux intentions de vote, l’hydre Québec Solidaire fait un gros coup de marketing en élisant GND comme une de ses deux têtes et ses membres rejettent toute alliance avec l’ectoplasmique PQ qui, pas plus tard que cette semaine, déclarait par la bouche de son député Pascal Bérubé qu’une victoire était impossible sans alliance avec la gauche-Bixi. Aïe aïe aïe!

Lire la suite

La maladie progressiste

Copyright The Gazette Nous n’avons pas fini d’entendre parler de lui. Gabriel Nadeau-Dubois, maintenant officiellement candidat dans Gouin, comté qu’a décidé de lui laisser le Parti Québécois en n’y présentant aucun candidat, fait déjà les manchettes grâce à une première énormité sortie de sa bouche. Pendant que Véronique Hivon lui crie, enthousiaste, un grand « Bienvenue! » pathétiquement jovialiste, le possible futur porte-parole de Québec Solidaire, en plus de fermer la porte à la convergence à laquelle rêve Jean-François Lisée, s’évertue à affirmer que les politiciens des 30 dernières années ont « trahi le Québec ». Qui donc est ici le traître?

Lire la suite

Page 1 sur 16

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén